Veille sur les écoles maternelles

Présentation Le feu aux poudres Les principaux documents
La guérilla du pouvoir contre les écoles maternelles Un peu de droit Dernières nouvelles

J’avais créé cette page pour suivre de près l’entreprise sarkozyste de destruction des écoles maternelles. Sur ce point au moins, les solfériniens ne poursuivent pas du tout la politique précédente. Ils ont même entrepris, tout au contraire, de relancer la pourtant très contestée scolarisation des enfants de deux-trois ans. Je laisse cette page en ligne pour mémoire, mais aussi pour pouvoir la relancer au besoin.

Ils nous surveillent, surveillons-les ! (voir par exemple ICI)

Dans l’entreprise sarkozyenne de destruction générale de l’école publique, la suppression des écoles maternelles constitue un point tellement sensible que le pouvoir ne peut avancer que masqué, là plus encore qu’ailleurs. Du coup, il est très difficile d’estimer précisément l’état d’avancement de leurs “travaux”, donc de se défendre “en connaissance de cause”. Technique redoutable d’aveuglement méthodique de l’opinion publique, pour faire passer “en douceur” les pires visées politiques...

Lire à ce sujet, de longue date en ligne sur mon site, le manuel officiel de l’OCDE pour plumer en douceur les pigeons citoyens : La faisabilité politique de l’ajustement, daté de 1996. Format PDF. Constamment appliqué depuis par tous les gouvernements successifs (et même avant !). À vomir.

Je vais donc m’efforcer de rassembler ici des informations fiables sur les menées destructrices du pouvoir vis-à-vis de NOS écoles maternelles. Toute contribution est bienvenue !

18/12/08 : Après son recul tactique sur la “réforme” des lycées, nouveau recul tactique de Darcos sur les maternelles, à l’occasion d’une rencontre avec l’AGEEM (voir ci-dessous). Cela ressemble à un cessez-le-feu dans son entreprise de destruction des écoles maternelles. Il faut rester très vigilant, un cessez-le-feu n’est pas un traité de paix. Quand un Darcos se déclare soucieux de redonner à l’école maternelle française toute sa vocation et de retrouver l’élan qui a fait son originalité et sa réussite, même si cette déclaration est co-signée par l’AGEEM, il y a de quoi se faire du souci : ça veut bien dire que l’école maternelle avait perdu sa vocation et son élan, et que Darcos va la sauver de sa déprime, non ? Qu’est-ce que c’est que ces conneries ? Darcos en sauveur des maternelles, on croit rêver ! Du pur Darcos, qui ne peut s’empêcher de mêler de nouvelles entourloupes à chacun de ses faux reculs. Je regrette vivement que l’AGEEM ait accepté de co-signer une telle phrase.

Mars 2009 : Conformément aux pratiques politiques crapuleuses qui caractérisent le sarkozysme, et contrairement aux engagements évoqués ci-dessus, les attaques contre l’école maternelle se poursuivent “discrètement” sur le terrain. Pour suivre ces basses œuvres, voir la rubrique Dernières nouvelles.

 

Barre de séparation

 


Le feu aux poudres


Sébastien Rome  Sur Mediapart, un article de Sébastien Rome qui date un peu, mais très informé : X. Darcos va supprimer l’école maternelle ?, puis X. Darcos va supprimer l’école maternelle ? (la suite).
Précision : Mediapart est un journal en ligne dont le directeur de publication est Edwy Plenel, ancien directeur du Monde, que l’on peut situer, comme beaucoup d’autres hommes des médias, “à l’extrême-droite de la gauche”...
Sébastien Rome  Un dossier du Café Pédagogique daté du 16/11/08, Actualités : l’école maternelle menacée de disparition.
Sébastien Rome  Fin programmée de l’école maternelle française en onze points, une bonne synthèse proposée par le Collectif des écoles de l’Ouest Lyonnais.
Qui est Darcos ?  Pour savoir dans quelle marmite s’est fariqué Darcos : sur le site du R.I.R.E., une excellente mise en perspective de l’entreprise darkozienne, par Anny Sire, publiée le 27/12/08 : Comment comprendre les réformes de l’éducation initiées par M. Xavier Darcos ?
Un livre  Voir aussi, sur le fond, la présentation du livre d’Eddy Khaldi et Muriel Fitoussi, Main basse sur l’école publique.


 

Barre de séparation

 


Les principaux documents


Rapport Tabarot  Le Rapport Tabarot. Format PDF.
Et sa présentation sur le site de la dame, très fière d’elle : Michèle Tabarot a remis son rapport sur l’offre de garde à François Fillon.

Rapport Papon-Martin  Le Rapport de Monique Papon et Pierre Martin. Format PDF (sur le site Rue89).

Rapport Bentolila  Le Rapport Bentolila. Format PDF (sur le site Le café pédagogique).

Un livre  Le livre, d’une flamboyante nullité, manifestement un “ballon d’essai”, qui a mis le feu aux poudres, le nom étant évidemment un pseudo : Julien Dazay, Il faut fermer les écoles maternelles (Le plaidoyer d’un inspecteur de l’Education nationale), Michalon Eds, Mars 2008. Voir sa Présentation sur Amazon. Ainsi que sa présentation élogieuse dans le magazine d’extrême-droite Valeurs actuelles.

Réfléchir  Pour une réflexion approfondie et apaisée sur l’école maternelle, sur l’excellent site de Jacques Nimier, Les facteurs humains dans l’enseignement et la formation d’adultes, explorez le Dossier Maternelles.

Une analyse critique de l'entreprise sarkozyste  Une remarquable analyse critique d’Hubert Montagner sur Les jardins d’éveil.
 

 

Barre de séparation

 


La guérilla du pouvoir contre les écoles maternelles


Le rapport Papon-Martin  En dépit des démentis de Darcos (voir ci-dessous), le rapport sénatorial Papon-Martin (voir ci-dessus) prône la création de “jardins d’éveil”, en mettant directement en cause la scolarisation en maternelle des 2-3 ans (déjà presque disparue à Paris, mais très développée dans certains départements) :
Sur Le Parisien du 05/11/08 : Des jardins d’éveil à la place de la maternelle ?
Sur Le Parisien du 04/11/08 : Le sénat prône des jardins d’éveil pour les 2-3 ans
Sur Libération du 04/11/08 : Un « jardin d’éveil » à la place de la maternelle ?
Pendant ce temps...  Etc. Impossible de savoir où en est la mise en œuvre de cette mesure, faute de texte officiel, mais, dans les circonscriptions, certains inspecteurs sont déjà en train de préparer le “redéploiement” à la rentrée prochaine des maîtresses concernées.

Une fuite ?  Je ne parviens pas à retrouver une source vraiment fiable de l’information la plus inquiétante, issue d’une fuite ou d’une maladresse de la CAF de Montpellier, qui planifiait sur trois ans la suppression totale des maternelles.

Des démentis  Des démentis de Darcos :
Dans Libération du 11/12/08 : Darcos : « Pas de mutation brutale » pour la réforme du lycée (voir en bas de l’article).
Sur le blog Luttons contre la désinformation médiatique..., lire et voir une Revue de presse “Darcos à la maternelle”.
Dans La Voix du Nord du 17/09/08 : Darcos dément toute idée de suppression de l’école maternelle.
Sur 20minutes.fr du 17/09/08 : Darcos dément vouloir supprimer la maternelle mais persiste et signe sur les enseignants.
Précision : il y a un an, Darcos comme Fillon s’étaient publiquement et formellement engagés à ne pas toucher aux RASED.
Darcos et lAGEEM  Les chiens [au sens irakien du terme ;-)] sarkozystes sont décidément insensibles au ridicule. Lire cet article du Café Pédagogique du 19/12/08 : Maternelle : Réédition par le ministère d’un document d’accompagnement de 2002. Voir aussi, disponible sur le site Sauvons l’école, la Déclaration commune Ageem - Ministre de l’Education Nationale (format DOC). Après avoir publiquement et longuement insulté les enseignant(e)s de maternelle, manigancé des mois durant la suppression des écoles maternelles, Darcos rencontre leur organisation professionnelle, l’AGEEM... et affirme avoir signé la pétition de défense des maternelles contre ses visées destructrices ! Vérification faite, sa signature n’est pas en ligne. Elle n’est pas non plus annoncée sur le site de l’AGEEM.
Fiablitité  Concernant la fiabilité de Darcos, lire sur 20minutes.fr du 16/09/08 : Xavier Darcos, ou la stratégie de l’écran de fumée. Ou, dans Libération du 19/01/09, un article de Cédric Mathiot, La désinformation à la sauce Darcos.
Fiablitité  Voir aussi un document du SGPEN-CGT (CGT-ATOSS), Inquiétante situation à la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP). Ou comment Darcos interdit la plupart des publications de ses propres services de statistiques pour mieux faire passer sa politique destructrice ! Tricky Darky ! Sournois, menteur, tricheur, décidément le pire ministre de notre histoire !

Autres informations  Voir aussi :
Rachel Cohen  Sur le site de Philippe Meirieu, un texte de Rachel Cohen, publié le 9 janvier 2009, Au secours ! L’École Maternelle est en danger de mort !
Sylvain Grandserre  Une excellente présentation synthétique des réformes Darcos (format PPS). Nécessite soit PowerPoint de Microsoft, soit la suite OpenOffice, libre et gratuite. Il peut être nécessaire d’enregistrer d’abord le fichier sur votre ordinateur pour pouvoir l’ouvrir.
Sur Wikipédia, la biographie de Darcos.
Dans Le Figaro du 21/09/08 : Faut-il supprimer les écoles maternelles ? (vidéo d’un entretien entre Jack Lang et Alain Bentolila).
Sur Le Nouvel Obs du 19/09/08, une revue de presse : Les propos de Xavier Darcos sur l’école maternelle
Sur France-Amérique du 17/09/08 : Xavier Darcos déclenche la “bataille des maternelles”
Dans La Dépêche du 17/09/08 : Pour Xavier Darcos, les instits de maternelle ne “changent que les couches”.
Sur 20minutes.fr du 16/09/08 : Selon Darcos, les profs en maternelle font faire des siestes et changent les couches.
Excuses tardives  Après les crachats, les excuses... très tardives :
Sur Libération du 03/12/08 : Ecoles maternelles : Darcos s’excuse
Sur 20minutes.fr du 03/12/08 : Darcos s’excuse auprès des enseignants de maternelle
Sur Le Point du 03/12/08 : Écoles maternelles : les excuses de Xavier Darcos
Nouvelles insultes  On notera au passage qu’en s’excusant auprès des professeurs des écoles maternelles, ce goujat insulte les puéricultrices, dont le métier se réduit à ses yeux à faire faire la sieste et changer les couches ! Irréparable, le mec ! Pour ma part, en écoutant ses insanités, j’avais pensé à la malheureuse Madame Darcos, dont je suppose que la vie s’est résumée à “faire faire la sieste et changer les couches” de leurs 3 enfants pendant que son époux faisait carrière. Vu sa perception des petits, on peut douter que cet homme se soit jamais inquiété de ses propres enfants dans leur jeune âge !
Les Français aiment leur école  Le problème du pouvoir, c’est que Les Français aiment leur Ecole et veulent plus de profs, comme l’a montré clairement un sondage SOFRES du 6 septembre 2007.


Pétition  Conclusion provisoire : concernant l’école maternelle, le danger le plus immédiat est la suppression de toute scolarisation des 2-3 ans (sans substitution par des modes de garde gratuits, ni garanties de qualité éducative). Mais tout ce “bruit” indique assez clairement, sinon l’intention, mais tout du moins la tentation du pouvoir d’aller bien plus loin... Il faut quand même rappeler que cette affaire a explosé brutalement, qu’elle semble “ne venir de rien” : il y a seulement un an, même si on avait connu auparavant quelques “alertes”, il existait encore une unanimité nationale pratiquement sans failles autour de notre école maternelle !!!
Pétition  Les professionnels ne s’y trompent pas, ils ont lancé une pétition qui, au 20/08/08, a déjà recueilli plus de 185.000 signatures (en ligne, auxquelles il faut ajouter les signatures “papier”). À signer et faire signer par tous les citoyens, directement concernés ou non :
Pétition  La pétition est maintenant close. Pour mémoire, on peut en télécharger sur mon site la version PDF.
Pétition  Voir le blog Attachons Nous A Notre Ecole !, un blog national de parents qui se proposent de faire “faire reculer définitivement tout projet d’amputation de la maternelle”.


 

Barre de séparation

 


Un peu de droit

Législation  Le cadre législatif de la scolarisation en maternelle est fixé par l’article L. 113-1 de la partie législative du Code de l’éducation. Ce texte est issu de l’article 2 de la loi Jospin de 1989. Ce texte original a été très légèrement modifié par l’article 4 de la loi Fillon de 2005.

Réglementation  Ce cadre législatif est complété par un cadre réglementaire. Voir en particulier l’article D. 113-1 de la partie réglementaire du Code de l’éducation. Ce texte est issu de l’article 2 du décret de 1990 sur l’organisation et fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires. Ce texte original a été très légèrement modifié par l’article 1 du décret de 2005 sur les dispositifs d’aide et de soutien pour la réussite des élèves à l’école.

Contradiction  Il faut noter que ces deux textes sont en partie contradictoires. Alors que l’article L. 113-1 pose une obligation d’accueil en maternelle des enfants de trois ans, le troisième alinéa de l’article D. 113-1 envisage ce qui se passe en l’absence d’école ou de classe maternelle et n’impose alors l’accueil en classe enfantine que pour les enfants de cinq ans. La loi prévaut sur la réglementation, donc cet alinéa clairement contraire à la loi est nul et non avenu et serait inévitablement invalidé en tribunal administratif ou en Conseil d’État. L’école maternelle n’est pas obligatoire, mais l’État et les communes ont l’obligation absolue d’accueillir les enfants à l’école dès trois ans lorsque les familles le souhaitent. C’est sur cette obligation d’accueil qu’il faut rester absolument vigilant.

Exemple  Je reçois ce jour, le 08/05/09, le courriel suivant :
Mme X :
Je rencontre aujourd’hui des problème pour inscrire ma fille en 1ère année de maternelle. Elle est née le XX octobre 2006.
Pour faire valoir ses droits, je cherche des précisions sur le droit à la scolarisation, plus précisément sur l’interprétation d’un article du code de l’éducation : comment interpréter le texte de l’article L. 113-1 qui pose que “Tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l’âge de trois ans...”.
C’est le “
doit pouvoir” qui me pose problème, car la réponse de ma municipalité, c’est “mais madame, l’école maternelle n’est pas obligatoire”, donc selon eux le droit ne s’applique pas et ils utilisent le seuil d’effectif pour refuser des inscriptions.
J’en reviens donc au seul droit : ont-ils le droit de refuser des inscriptions d’enfants qui auront 3 ans en septembre, octobre, novembre et décembre car il n’y a pas de place disponible ?

Ma réponse :
L’argumentaire ci-dessous reste, à ce jour (été 2011) entièrement valable pour la rentrée 2011.
Comme je l’écrivais ci-dessus, il y a bien une contradiction entre l’article L. 113-1 et l’article D. 113-1. Mais les textes législatifs priment en droit sur les textes réglementaires : l’article D. 113-1 est donc illégal, et tout tribunal administratif ne pourrait que le considérer comme tel.
Une nuance, cependant. L’article L. 113-1 affirme : “
Tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l’âge de trois ans, dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible de son domicile, si sa famille en fait la demande”. Contrairement à ce que vous pensez, ce “doit pouvoir être accueilli” est sans ambiguïté et définit rigoureusement une obligation d’offrir la possibilité de cet “accueil”, obligation qui s’impose aussi bien à l’État (donc à l’Inspection Académique qui le représente) qu’à chaque municipalité. Aucun prétexte d’effectif ne saurait justifier le non-respect de cette obligation légale : toutes les institutions publiques doivent se plier à cette obligation et se donner les moyens d’y satisfaire.
Quant à la “réponse” de votre municipalité, si, effectivement, la scolarisation en maternelle n’est pas
obligatoire (ce que je considère pour ma part comme regrettable), elle est cependant, dès l’âge de trois ans, un droit. Cette confusion entre “obligation” et “droit” relève soit de la stupidité, soit, plus probablement, de la mauvaise fois éhontée.
Ce qui, en réalité, pose problème dans cet article L. 113-1, c’est la suite, c’est ce : “
à l’âge de trois ans”. En toute rigueur (et les tribunaux administratifs n’ont guère comme repères que la rigueur textuelle), votre fille n’aura trois ans que le XX octobre 2009, donc pas à la rentrée.
Cela répond à votre question, d’une façon plus complexe que votre question : oui, en toute rigueur, on peut refuser d’inscrire votre fille en maternelle avant ses trois ans, mais non, on ne peut absolument pas refuser de l’accueillir dès le jour de ses trois ans.
Du coup,
si vous exigez son accueil à la rentrée, vous avez de forts risques de ne pas être suivie par le tribunal administratif. Par contre, si vous exigez son accueil dès le XX octobre au matin, tout tribunal administratif ne pourra que vous donner raison.
Certes, humainement, c’est stupide, mais, du point de vue du droit, il en va infailliblement ainsi. Le mieux est donc de vous conformer rigoureusement à cette “logique”, donc d’accepter, ou de faire semblant d’accepter, que votre fille n’entre pas en maternelle à la rentrée, à la condition expresse qu’elle y fasse son entrée le XX octobre au matin. Cela devrait suffire à résoudre votre problème, et à faire accepter l’accueil de votre fille dès la rentrée, solution évidemment la plus sensée (et celle qui correspond aux pratiques ordinaires)... Si ce n’est pas le cas, je vous conseille vivement d’attaquer immédiatement en tribunal administratif ET la mairie ET l’inspection académique (afin de contrer leur habitude de se renvoyer mutuellement une responsabilité qui est en réalité conjointe).
Je vous autorise à faire tout usage de ce courriel qui vous semblerait bon, publiquement et/ou judiciairement. Ce conflit m’intéresse évidemment au plus haut point. Je suis prêt, si vous le souhaitez, à participer activement à votre défense, et à donner à cette affaire toute la publicité qu’elle mérite.

Remarque complémentaire :
En ce qui concerne les enfants qui ont trois ans entre la rentrée et la fin de l’année civile qui la suit, aucun texte, effectivement, ne leur accorde le droit à la scolarisation. Il existe toutefois un texte réglementaire qui traite explicitement du même problème, mais à propos des enfants qui atteignent deux ans durant le trimestre qui suit la rentrée. C’est ce passage de la circulaire n° 91-124 du 6 juin 1991 :
« Les enfants dont l’état de santé et de maturation physiologique constaté par le médecin de famille est compatible avec la vie collective en milieu scolaire peuvent être admis dans une école maternelle ou dans une classe maternelle. Cette admission est prononcée, dans la limite des places disponibles, au profit des enfants âgés de deux ans au jour de la rentrée scolaire. Toutefois, les enfants qui atteindront cet âge dans les semaines suivant la rentrée et au plus tard au 31 décembre de l’année en cause pourront être admis, à compter de la date de leur anniversaire, toujours dans la limite des places disponibles. »
Certes, ce texte ne traite que de la possibilité (“dans la limite des places disponibles”) de scolariser les enfants de deux ans et non du droit à la scolarisation des enfants de trois, mais il explicite “l’esprit” dans lequel l’Éducation Nationale traite ces problèmes d’âge. Il peut probablement constituer un argument recevable auprès d’un tribunal administratif.

Précision :
Pour la rentrée 2011, cet argumentaire est valable pour tous les enfants nés en 2008, jusqu’au 31 décembre 2008 à minuit inclus. Tout autre “argument” est une pure baliverne. Ne vous laissez pas abuser !

Nouvelle précision :
En principe, le droit à la scolarisation à 3 ans posé par l’article L. 113-1 est valable pour tous les enfants qui parviennent à l’âge de trois ans au cours de l’année scolaire, même si c’est de janvier à juin. Toutefois, “de tradition” (je n’ai pas trouvé de texte législatif ni réglementaire sur ce point), l’Éducation Nationale organise toutes ses classes sur la base des âges atteints par les élèves au cours dans l’année civile correspondant à la rentrée scolaire, et non au cours de l’année scolaire elle-même. Sollicité à plusieurs reprises par des parents, je déconseille d’engager des recours au tribunal administratif pour les enfants qui parviennent à leur 3 ans de janvier à juin, un tel recours me semblant avoir peu de chances d’aboutir.
Bien entendu, on peut aussi se battre sur ce point, mais il s’agit alors à mon sens de défendre la scolarisation des enfants de 2-3 ans. C’est un autre problème : actuellement, qu’on le regrette ou non, cette scolarisation n’est pas un droit. Voir toutefois ce jugement de la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux en date du 19/04/2010, concernant un secteur classé “Zone de Revitalisation Rurales”.

Post-scriptum :
J’invite tous les parents concernés à se saisir de cet argumentaire afin de faire valoir, individuellement ou collectivement, les droits de leurs enfants. “ILS” ne sont forts que de nos faiblesses et de nos renoncements. Ma correspondante a d’ores et déjà obtenu gain de cause.

Appel  Il serait bon qu’une association lance un recours en Conseil d’État à l’encontre de cet article D. 113-1 derrière lequel les autorités municipales et académiques ne cessent de se cacher, en toute mauvaise foi, pour tenter de ne pas appliquer la loi.


 

Barre de séparation

 


Dernières nouvelles


Pétition  Les basses manœuvres du pouvoir à l’échelon local sont particulièrement difficiles à suivre. Ce qui suit ne donne probablement qu’une idée très partielle de ce qui se passe en réalité. Je prie mes lecteurs de bien vouloir me signaler toute information fiable en ce domaine.

Pétition  Sur le site Familles laïques de Vaux-le-Pénil (77), un article daté du 06 septembre 2011, Le naufrage attendu des jardins d’eveil ! Extrait : « Le gouvernement s’était fixé comme objectif d’atteindre 8 000 places de jardins d’éveil, il n’a pu en ouvrir que 460 à ce jour ! C’est un bide colossal. »

Pétition  Les animateurs du collectif Pas de bébés à la consigne !, face à la poursuite de la politique de dégradation des crèches, viennent de lancer une nouvelle pétition pour réclamer un Plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance.

Manoeuvres  Inscriptions pour la rentrée de Septembre 2011 : Il me remonte de divers côtés que certains inspections académiques donnent des directives aux directrices et directeurs d’écoles maternelles pour refuser les inscriptions des enfants qui n’ont pas atteint les trois ans le jour de la rentrée et qui ne les atteindront qu’ensuite, jusqu’à fin décembre 2011. De telles directives sont toujours strictement illégales, même si elles sont inspirées en sous-main par le ministère. Le point de droit ci-dessus reste toujours parfaitement valable. Et bien sûr, ni un inspecteur d’académie, ni un maire n’ont le pouvoir de changer le droit. Si vous êtes confron­té(e)s à ces manœuvres putrides, le conseil donné ci-dessus reste toujours valable : menacez de porter plainte auprès du Tribunal Administratif. Et au besoin faites-le – mais les autorités locales concernées reculent toujours dès lors qu’elles ont affaire à des personnes décidées, tant elles sont à l’avance certaines de perdre.

À lire  Nouvelles attaques contre l’école maternelle pour les rentrées 2011 à 2013, en particulier contre la scolarisation des plus jeunes. Voir sur mon blog l’article La planification de la destruction du service public d’éducation.

À lire  La sape des écoles maternelles publiques gratuites par les “jardins d’éveil” privés (et chers) est officiellement lancée : lire dans La Voix du Nord du 15/10/09 un article intitulé Le premier jardin d’éveil privé vient d’ouvrir ses portes aux 2-4 ans et table sur le bio pour attirer à la campagne. Avec en prime l’écologie, qui sert décidément à tout, appelée en renfort pour la destruction de notre école maternelle !

Nouveau texte réglementaire  Comme pour les RASED, l’entreprise de démolition générale des bases de la République passe aussi par la publication de nouveaux textes réglementaires, écrans de fumée bon marché destinés à masquer ces visées destructrices en faisant de continuer à “construire”. Ainsi, le Bulletin officiel n° 32 du 03 septembre 2009 du Ministère de l’Éducation Nationale a publié de nouvelles Instructions pédagogiques pour les enseignants des écoles maternelles. Le comble est que ce texte concerne essentiellement le référentiel de compétences des enseignants pour une formation des professeurs des écoles à l’exercice en école maternelle... au moment où le pouvoir s’apprête à finir de supprimer la formation professionnelle de tous les enseignants ! On peut difficilement se moquer plus ouvertement du monde.

Une analyse critique de l'entreprise sarkozyste  Une remarquable analyse critique d’Hubert Montagner sur Les jardins d’éveil (août 2009).

Pétition  Signez la pétition : Pas de bébés à la consigne – Pour améliorer et développer les modes d’accueil et la scolarisation des jeunes enfants. Voir aussi le site de présentation de cette pétition.

À lire  À lire dans Le Monde du 14/05/09, Des jardins d’éveil pour les 2-3 ans. On ne saurait mieux montrer que ces “jardins d’éveil” sont à la fois des sous-crèches et des sous-maternelles !

À lire  À lire, publié le 04/04/09 sur le site Pasde0deconduite, un article du Professeur Hubert Montagner : Le Président de la République et son gouvernement n’aiment pas les enfants. Il y est bien sûr question, entre bien d’autres choses, des écoles maternelles et des prétendus “jardins d’éveil”, ces sous-garderies par lesquelles on voudrait les remplacer.

À lire  Sur le site Union pour Firminy, un article daté du 24/02/09 : Vœu du conseil municipal de Firminy du Lundi 23 février 2009.

À lire  Sur le site Nice Matin, un article daté du 12/02/09 : Deux classes fermeront en septembre 2009.

À lire  Sur le site Le Télégramme, un article daté du 01/02/09 : Fermeture de classe : appel à la mobilisation.


 

Pour écrire à l'auteur de ce site, cliquez ici

Retour en haut   Retour en haut
Retour à la page d’accueil Valid HTML 4.01 Strict Valid CSS Daniel Calin © Tous droits réservés
Dernière révision : dimanche 03 novembre 2013 – 11:25:00